Modifier un article


Namaste.

Ici les Ëywaz, la branche aînés des éclaireurs de Castres composée de 10 aînés de 15 à 18 ans motivés encadrés de 3 référents de folie.

 

« Les gars, on est au Népal ». C’est une des phrases que nous avons dite et répétée de nombreuses fois au début de ce mois d’août inoubliable.

En effet, cela fait deux ans que nous enchaînons week-end de préparation et d’organisation ainsi qu' actions d’autofinancement afin de concrétiser notre projet. Nous avons donc jonglé entre baby-sitting, marchés, vide-greniers, repas organisés, papiers cadeaux, tombolas, jardinages et autres services à notre portée pour récolter les fonds nécessaires.

 

Notre projet est avant tout un projet solidaire en partenariat avec une association Tarnaise. Celle-ci est en contact avec une ONG qui agit auprès d'un village perdu dans le sud du Népal : Tulasi. Elle propose aux particuliers de parrainer des enfants de ce village en versant une somme mensuelle pour leur permettre de devenir écolier dans une des écoles du village.

 

Grâce à l’un de nos référent nous avons pu rencontrer les responsables de l'association des sentiers du Yack et échanger avec eux sur la possibilité que nous fassions un projet solidaire au Népal.

 

Le projet consiste à passer la moitié du mois à Tulasi afin de construire des jeux dans la cour de récréation de l'école mais aussi d'échanger avec les enfants, leur organiser des jeux et des chants tout en découvrant une

culture et un mode de vie différents des notres.


Et, le 30 juillet 2018 nous nous sommes envolés vers la destination tant attendue... le Népal !

 

Dès nos premières minutes népalaises nous remarquons le changement culturel très important : la circulation, la pollution, le climat. Mais c’est après avoir échanger avec des locaux que nous nous rendons vraiment compte de la plus grande différence : l’hospitalité des népalais. 

 

Après un petit jour de visite à Katmandou, nous nous dirigeons vers Tulasi en Jeep avec nos partenaires et futurs amis : trois scouts népalais âgés de 18 à 21 ans.

 

Au village, les débuts sont un peu timides mais très vite la timidité s’envole pour laisser place à un partage constant. Entre les enfants qui ne se lassent pas des jeux qu’on leurs apprend, les adultes qui nous préparent à manger 2 fois par jours, le chantier qui avance petit à petit, nos échanges très intéressants avec les scouts népalais et les balades que nous proposent les jeunes du village nous n’avons pas le temps de nous ennuyer et ces deux semaines passent en un éclair ! 

 

Quand le moment des au revoir arrive, les villageois nous disent que nous faisons désormais partie de la famille de Tulasi et que nous serons toujours les bienvenus. Ce n’est pas sans larmes que nous quittons ce village en espérant avoir l’occasion de nous y rendre à nouveau dans notre vie.

 

Nous entamons presque un second voyage. Après avoir vécu avec des Népalais et découvert leur mode de vie nous partons dans la partie plus touristique de notre aventure en commençant par le parc national de Chitwan.

 

Là bas, nous avons enchaînés marche dans la jungle, pirogue et une demi journée avec un éléphant nommé Rupa Khali qui d’habitude porte des touristes sur son dos toute la journée mais à qui nous avons offert 2 heures de liberté dans la jungle grâce à l’association « stand up 4 elephant ». 

 

Puis nous sommes partis pour Pokhara, la ville des départs de Treks et des balades. Nous avons du coup fait de nombreuses randonnées, visités de nombreux temples et finis sur un petit trek. Puis pour finir : Katmandou ! La ville des rencontres où nous avons pu revoir les scouts et faire des activités avec leur groupe. Nous avons même assisté à une formation de leadership dirigée par leur chef scout. Nous avons aussi été initiés à la méditation.

 

Au moment où nous écrivons, cela fait seulement quelques jours que ce voyage est terminé. Mais il nous reste encore à partager ce que nous avons vécu, par cet article, par des soirées où nous présenterons à ceux qui nous ont permis de partir : photos de l’aventure, repas et musique Népalaise. Nous allons aussi échanger avec d’autres groupes qui souhaiteraient partir et qui auraient besoins de renseignements et de réponses

 

Ce mois d'août nous aura permis de transformer notre vision du monde mais aussi de renforcer la cohésion du groupe, il restera surement gravé longtemps dans nos mémoires et nos coeurs.

 

 

Namaste

Les Ëywas, aînés des éclaireurs de Castres.

 

Very interesting!

Thanks for sh